WILLIS EARL BEAL


La semaine dernière, on vous présentait cet artiste atypique. Vous vous en souvenez peut-être, on a été touché par la sincérité de sa musique.

Mardi, l’Américain était à la Méccanique Ondulatoire pour son premier show parisien. Pour l’occasion, la petite salle était bien remplie et le public impatient de pouvoir enfin découvrir le fameux Willis Earl Beal et son opus « Acousmatic Sorcery » dont tous les sites spécialisés parlent.

En attendant, tous impatients, le démarrage de concert on pouvait voir une scène encore vide. En guise de décor, salle assombrie, un public à l’affut, une simple guitare noire et un petit magnétophone classique à bande en bobine. Le décor était planté.

Après de longues minutes d’attente, l’artiste arrive enfin sur scène. Willis Earl Beal arborait une chemise hawaïenne et un t-shirt avec un petit smiley nobody , motif que l’on retrouve en tatouage sur son bras droit. En guise d’accessoires, des lunettes de soleil, un cure dent à la bouche, qu’il utilise comme médiator et une vieille paire de santiags. On vous le disait, un artiste atypique.

Pendant plus de trois quarts d’heure, on aura pris plaisir à écouter chanter, ce  » caméléon » de la musique, changeant de registre à chaque titre, alliant sonorités soul à celle du blues, explorant même par moment un flow hip hop, il ira même jusqu’à scander des rimes sauvages pour enfin finir par de douces ballades à l’image du titre « Evening Kiss ».

Son court set se terminant avec le titre  » Same Old Tears » , invitant le public à battre la mesure en frappant des mains.

On a été  impressionné par la puissance et la beauté de sa voix mais aussi par sa prestance sur scène…

Willis Earl Beal est tout simplement un artiste atypique. Un artiste qu’il faudra surveiller de près, car la critique n’hésite pas à dire qu’une belle carrière se profile.